Avant de préparer votre jus d’herbe d’orge, voici comment faire germer les graines. Vous devrez attendre l’apparition des pousses pour en extraire le jus. Voici la méthode à employer.

1re étape : Faire germer les graines

Pour faire germer la plupart des graines, voici le matériel dont vous aurez besoin :

  • des germoirs prêts à l’emploi vendus en magasin (à deux niveaux et plus); ou
  • des pots en verre blanc;
  • un petit carré de moustiquaire et un élastique par pot pour protéger les germinations tout en permettant à l’air de circuler;
  • des semences biologiques récentes et en bon état;
  • de l’eau potable filtrée (idéalement) ou une eau biologique de bonne qualité.

Le froid ralentit la germination, donc en hiver, il est préférable de placer les graines dans une pièce suffisamment chaude (comme la cuisine). Pour faciliter le maintien d’une température idéale, vous pouvez vous procurer des germoirs électriques en magasin. Pour les débutants, il est recommandé de commencer par de toutes petites quantités, comme 1 à 2 cuillères à soupe de graines.

Voici les différentes étapes à suivre pour faire germer des graines d’orge :

  • Verser la quantité de graines désirée dans le pot, remplir d’eau et faire tremper dans de l’eau (filtrée ou de source, idéalement) pendant environ 12 heures. Les graines doivent être complètement immergées dans l’eau. Si elles vous paraissent sales, vous pouvez aussi les rincer à l’eau courante avant de les faire tremper. Pour les petites graines (comme la luzerne, le sésame et le tournesol décortiqué), la durée de trempage peut être plus courte, c’est-à-dire d’une à cinq heures.
  • Durant la première phase de trempage, le pot doit être placé debout.
  • Ensuite, rincer abondamment les graines une ou deux fois par jour avec de l’eau filtrée froide en été et de l’eau tiède en hiver.
  • Durant la deuxième phase, le pot sera placé à l’horizontale ou légèrement penché à environ 30 degrés pour permettre à l’air de circuler et éviter que les graines se compactent.
  • Ne pas faire germer une trop grande quantité de graines à la fois pour maintenir une bonne oxygénation.
  • L’endroit où vous réalisez vos cultures doit être bien aéré, sans toutefois être trop exposé au soleil.
  • Après quelques jours de germination, les graines seront prêtes à être consommées.

 

  1. A) À noter au sujet de la germination des autres types de graines :
  • Dans le cas du blé et des autres céréales, le germe peut mesurer de 1 à 3 mm.
  • Les petites graines (radis, choux, etc.) peuvent être consommées jusqu’à ce que le germe mesure 2 ou 3 cm.
  • Pour le tournesol, la luzerne et le soya, les germes peuvent mesurer 6 ou 7 cm. Ne consommez jamais la graine de soya elle-même, seulement la pousse.
  • Ne pas faire germer les graines de solanacées (comme la pomme de terre, l’aubergine, la tomate et le poivron).

 

  1. B) À noter au sujet des graines germées :

Une partie des graines doit être jetée, car elle n’apporte pas vraiment de bienfaits sur le plan nutritionnel.

 

Consommation des graines germées (optionnel)

Les graines germées se consomment :

  • seules (1 à 3 cuillères à soupe le matin ou le midi, idéalement);
  • avec des crudités;
  • avec des fruits oléagineux (mais pas des fruits aqueux);
  • dans un potage;
  • avec des céréales (légumineuses germées et pâtes ou riz, par exemple);
  • avec des galettes de céréales;
  • pulvérisées et incorporées à des biscuits ou d’autres recettes;
  • en pousses – contrairement aux graines de céréales germées qui se consomment à environ 0,5 cm de longueur, les pousses de légumineuses et de légumes se consomment lorsqu’elles mesurent de 1 à 5 cm.

 

Une fois germées, ces graines deviendront des pousses d’herbes d’orge, l’ingrédient de base du jus d’herbe d’orge.

 

Comment obtenir de jeunes pousses d’herbes d’orge :

  • Dans une caissette ou un plateau en plastique (doté d’un fond étanche si vous vivez en appartement), déposer 1 ou 2 cm de terre non traitée recueillie dans une zone rurale ou votre jardin.
  • Humidifier la terre avec une eau de bonne qualité, puis y déposer les graines sans les entasser.
  • Recouvrir la caissette d’un autre plateau ou d’un plastique sombre pour protéger les graines de la lumière et de l’humidité.
  • Maintenir un taux d’humidité constant, surtout l’été, en utilisant un pulvérisateur d’eau matin et soir.
  • Dès l’apparition de la racine après quelques jours, retirer le couvercle.
  • Laisser pénétrer la lumière, sans toutefois exposer les jeunes pousses à la lumière directe du soleil.
  • La température idéale se situe entre 20 et 25 °C.
  • Les pousses peuvent être consommées de 7 à 14 jours plus tard, tout dépendant du type de graine et des conditions ambiantes.
  • Les jeunes pousses peuvent se consommer avec des crudités ou des graines germées, dans des salades, etc.

Les jus d’herbes de blé ou d’orge sont incroyablement revitalisants. Karine Herry, athlète de haut niveau et médecin, a été cinq fois championne de France du 100 kilomètres, en plus d’avoir remporté de nombreuses courses de 50 kilomètres. Or, pour atteindre une telle performance, en plus d’être exceptionnellement en forme, elle doit suivre un régime alimentaire soigneusement étudié.

« Mes huit années de pratique de course pour arriver au niveau international ont provoqué un cortège de manifestations classiques liées à ma pratique régulière d’entraînements et aux compétitions de longue distance : infections ORL, herpès labial épisodique, troubles légers du sommeil et de la mémoire…

La prise régulière de jus d’herbe d’orge, intégrée dans mon alimentation, a fait non seulement disparaître l’ensemble de ces troubles, mais s’est avérée être un complément indispensable à la santé et même un atout de performance : en 10 jours seulement, effet net sur la qualité du sommeil, moins d’asthénie physique et intellectuelle au bout d’un mois », raconte-t-elle dans cet extrait d’un témoignage paru dans le magazine Belle-Santé.

Malgré la grande valeur nutritive du blé et les excellents résultats qu’a obtenus Ann Wigmore à son Institut de santé Hippocrate avec le jus d’herbe de blé, quelques précisions s’imposent. Le jus d’herbe de blé donne une boisson au goût très sucré qui ne convient pas à tout le monde, tant sur le plan gustatif que sur le plan biochimique. Et dans les cas de candidose, les aliments doux et sucrés, dont l’herbe de blé, nourrissent la mycose.

Le goût légèrement amer de l’orge, surtout lorsqu’il est combiné à un jus de carotte, par exemple, est souvent mieux adapté. Au terme de longs travaux en laboratoire réalisés sur 200 plantes, le Dr Yoshihide Hagiwara, un chercheur japonais, a découvert que c’est dans le jus des jeunes herbes d’orge que l’on retrouve le plus d’ingrédients actifs, comme des vitamines, des minéraux, des oligo-éléments, des enzymes et de puissants antioxydants. À l’état de pousse, l’orge ne contient plus de gluten. Le blé et le maïs sont les deux céréales qui ont été le plus modifiées par l’homme au cours des deux derniers siècles et, pour cette raison, elles ne conviennent pas à tout le monde.

 

2e étape : Faire pousser de jeunes herbes d’orge pour fabriquer du jus d’herbes d’orge frais

  • Matériel de germination : pots ou germoirs.

Une fois les graines germées, comme dans l’étape ci-dessus :

  • Utiliser de la terre noire non traitée, idéalement prélevée dans un endroit boisé, à une profondeur de 30 à 50 centimètres environ en dessous de l’herbe ou des feuilles.
  • Utiliser des plateaux d’environ 60 à 80 cm de long sur 15 à 20 cm de large (souvent vendus dans les centres de jardinage) pour récupérer l’eau des bacs à plantes. Une douzaine de plateaux seront nécessaires : six comme bacs et six comme couvercles.
  • Il est conseillé de se procurer une étagère organiser les plateaux de façon méthodique. L’ensemble (plateaux et étagère) peut être installé dans la cuisine.
  • Recueillir les graines après deux ou trois jours de germination, selon la température, dès que les racines deviennent visibles.
  • Recouvrir un des plateaux d’une couche de 2 à 4 centimètres de bonne terre.
  • Disperser les graines germées sans les tasser ou les empiler.
  • Pulvériser un peu d’eau sur les graines et la terre, mais pas trop afin d’éviter les moisissures.
  • Recouvrir d’un autre plateau et placer le tout dans un endroit où la température ambiante se situe entre 20 et 25 °C.
  • Vérifier chaque jour le degré d’humidité de la terre. Arroser uniquement au besoin, à l’aide d’un pulvérisateur.
  • En été, au bout de deux ou trois jours, si la température est plus fraîche, retirer le couvercle et exposer le plateau à la lumière, mais jamais directement au soleil. C’est l’équilibre entre ombre et lumière qui vous permettra d’obtenir une herbe de blé ou d’orge verte et tendre.
  • Il est important d’arroser ou d’humidifier la terre et les graines une ou deux fois par jour avec un petit pulvérisateur, que vous pouvez trouver dans les centres de jardinage et les quincailleries (utilisez de l’eau filtrée, idéalement).

 

3e étape : Extraire le jus d’herbes d’orge

Après sept ou huit jours, quand les pousses ou les herbes atteignent 8 à 15 centimètres de hauteur tout au plus, le moment est venu de les récolter. Les herbes doivent être coupées au ras de la base, car c’est là que se concentrent la plupart des nutriments. Il est recommandé de rincer l’herbe avec une eau de bonne qualité pour éliminer les micro-organismes pouvant causer des diarrhées ou des malaises intestinaux.

On peut utiliser une essoreuse à salade pour évacuer toute l’eau. Au besoin, les herbes coupées peuvent être conservées jusqu’à sept jours au réfrigérateur dans des contenants en plastique.

 

Le jus d’herbe d’orge peut être obtenu à l’aide d’un extracteur électrique à jus d’herbes ou d’un extracteur à jus de légumes et de fruits

Le jus devra idéalement être bu tout de suite après son extraction ou dans la demi-heure qui suit. À partir d’un kilogramme d’herbes de blé ou d’orge, on peut extraire 300 grammes de jus, donc un bouquet d’herbes de blé d’une épaisseur d’environ 1,5 centimètre de diamètre donne environ 30 millilitres de jus. Il est recommandé d’en consommer quotidiennement de 60 à 120 millilitres.

  • Commencez tout d’abord par de petites quantités de 30 à 60 millilitres de jus pur ou mélangé à du jus de légumes, par exemple de carotte, pour ultimement consommer une dose de 30 à 60 millilitres de trois à quatre fois par jour afin de vous régénérer ou si vous avez un important problème de santé.

 

Rappel :

  • L’extraction se fait à l’aide d’un broyeur spécial très fin, manuel ou électrique.
  • Vous pouvez aussi tout simplement mâcher l’herbe de blé ou d’orge, mais vous obtiendrez ainsi très peu de jus. N’avalez pas les fibres, recrachez-les!

 

Autres utilisations du jus d’herbe d’orge frais

  • À l’Institut Hippocrate de Floride, le jus d’herbe de blé est aussi utilisé comme implant rectal ou comme lavement. Les traitements d’hydrothérapie du côlon, suivis d’un implant d’herbe de blé, ont de nombreux bienfaits sur la santé. Sous forme d’implant afin de purifier le côlon, on insère du jus d’herbe de blé frais dans le rectum, où il faut le garder une vingtaine de minutes avant de l’expulser.
  • Dans une poire à lavement stérile, verser de 30 à 60 millilitres de jus d’herbe de blé frais, puis insérer dans le rectum. Une fois le tout évacué, après quelques minutes, refaire un implant de 30 à 60 millilitres de jus que vous laisserez s’éliminer naturellement dès que le besoin s’en fait sentir, le plus souvent après une vingtaine de minutes. Dans bien des cas, l’organisme aura absorbé tout le jus.
  • À l’Institut Hippocrate, le jus d’herbe de blé est aussi appliqué comme agent topique sur la peau pour l’aider à se régénérer ou soulager les démangeaisons, les brûlures, les égratignures, l’irritation, les piqûres, etc.

 

Eric Darche pour JOOZIA CANADA // naturopathe hygiéniste

 

 

 

----------------

Les informations présentées dans cet article sont à titre informatif seulement et elles ne sont pas exhaustives. Elles ne substituent en aucun cas un traitement médical. Pour tout conseil concernant votre santé et pour valider le caractère avantageux des éléments décrits dans ce texte, veuillez consulter votre médecin de famille, le seul à pouvoir poser un diagnostic ainsi qu’un traitement adapté, ou, le cas échéant un professionnel de la santé.