Personne ne peut dire exactement à quand remonte la médecine énergétique chinoise, mais nous savons par contre, que les pratiques orientales, telles que l’acupuncture, datent du Néolithique, soit 2500 ans av. J.-C. En effet, des archéologues ont retrouvé des poinçons dans des pierres, démontrant l’utilisation de cette méthode à cette période. La vision du traitement était bien différente de ce que nous connaissons aujourd’hui. Les thérapeutes de l’époque étaient payés par leurs patients pour qu’ils leur assurent une bonne santé, et non pour les soigner lors de troubles. La maladie était jugée comme un échec et le praticien voyait, en cas d’affection, sa paye diminuée. 

Avec une légère nuance, cette mentalité est toujours présente dans l’univers actuel des approches orientales. Concrètement, le but premier n’est pas de guérir, mais surtout de prévenir, de maintenir l’équilibre énergétique de chaque individu. En médecine chinoise, le soignant considère que le patient possède tous les outils nécessaires dans son organisme pour se rétablir. Le praticien sert donc d’aide, de guide, pour lui redonner la force vitale essentielle à la guérison et au maintien d’une bonne santé. 

En  Orient, la médecine découle de la philosophie etla santé prend corps dans son ensemble et dans son environnement. Les principes de rééquilibrage énergétique (Yin yYng) s’appuient sur un raisonnement fort simple : les cinq éléments et la notion de bipolarité Yin Yang. Dans cet article, nous aborderons les cinq éléments et le Yin Yang pour comprendre les grandes lignes de cette fameuse approche holistique.


Les 5 éléments

Les cinq éléments sont l’eau, le bois, le feu, la terre et le métal.À chacun est associé une saison, un ensemble d’organes, une émotion, une odeur, une partie du corps, etc. Les Chinois prétendent que tout peut être classé parmi ces cinq éléments. Chacun se trouve relié au précédent par un simple processus d’évolution. Il suffit de penser aux saisons ; le bois correspond au printemps et l’élément suivant est le feu qui, lui, entraîne la saison d’été ; la terre à la fin de l’été, le métal à l’automne et l’eau en hiver. Chaque élément engendre le prochain, tout comme une saison cède peu à peu la place à la suivante.

Alors tout comme les saisons, les systèmes physiologiques de notre corps se trouvent liés les uns aux autres et c’est leur équilibre qui assure le bon fonctionnement de l’organisme, de l’esprit et du mental. 

Comment cela fonctionne-t-il ? 

À l’intérieur de nous, des flux énergétiques transportent partout dans l’organisme notre énergie vitale, grâce aux méridiens. C’est la circulation de ces flux qui permet la liaison entre les différents systèmes de notre corps. Le parfait équilibre des cinq éléments est donc maintenu grâce à cet échange énergétique et se reflète par l’état de bonne santé. Suivant cette logique, la maladie se traduirait par un déséquilibre circulatoire de l’énergie et ne signifierait pas une maladie au sens occidental du terme. En effet, avant que se manifeste une véritable pathologie, il existe toute une série de signes précurseurs dits « fonctionnels » qui seront à l’origine de l’apparition d’une affection telle que nous la connaissons. C’est lors du déclenchement de ces symptômes que nous devons être réceptifs envers notre corps. Il importe de saisir que celui-ci est en train de nous envoyer un message, de nous informer que quelque chose ne circule pas correctement et vient bloquer notre énergie. Grâce à ces signes, il nous est encore possible de rétablir l’équilibre avant qu’émerge une maladie, cette fois-ci au sens propre du terme. De là toute l’importance du traitement préventif! 


Le Yin et le Yang

Le yin yang est représenté par le symbole du Tao. 

Le Yin et le Yang sont des forces opposées et complémentaires qui se manifestent en toutes choses, et illustrent les principes d’harmonie et d’équilibre si chers à la pensée chinoise.


Le yin est associé à la féminité, à l’obscurité, au repos, au froid et au négatif.

Quant au yang, il est clair, actif, masculin, chaud et positif.


Présentés plus simplement, le yin et le yang correspondent aux deux qualités opposées qui peuvent caractériser toute chose : tristesse et joie, fatigue et énergie, chaud et froid. Dans la pensée du Tao, ces contraires constituent une entité et sont nécessairement complémentaires : l’un ne peut exister sans l’autre, et rien n’est jamais complet sans l’un et l’autre. Tout être et toute chose recèlent en proportions variables une part de yin et une part de yang indissociable. Le corps, l’esprit et les émotions sont autant de notions soumises aux influences du yin et du yang, voici des exemples : après un effort (yang), le corps cherche le repos (yin) ; à la suite d’une fièvre (yang), il est parcouru de frissons (yin) ; le siège de l’esprit (yin) est la tête (yang). Lorsque ces deux forces sont en équilibre, l’individu est en état de santé, mais dès que l’une l’emporte sur l’autre, l’organisme réagit par une maladie.



Nous aurions beaucoup à dire sur les approches traditionnelles orientales, car elles nous ont énormément apporté au fil du temps. Elles ont sans aucun doute forgé leur rang parmi les plus grandes formations professionnelles de la médecine douce, et sont officiellement reconnues par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Il s’agit d’une démarche personnelle, paisible et efficace. Les méthodes énergétiques respectent l’homme dans son intégralité et surtout, le comprennent dans son environnement. Celle-ci traite l’individu derrière la maladie, et non seulement les symptômes. L’approche énergétique et la médecine traditionnelle chinoise sont surtout une philosophie, une manière de voir la médecine et la vie. Tout est lié, ce n’est qu’une question d’équilibre.

 

Maude Desroches pour Joozia Canada

Naturopathe diplômée